Imprimer

La scène

La scène

La scène

Mardi 1er décembre 19:15
avec

Catherine Pont-Humbert : Catherine Pont-Humbert est écrivaine/poète, journaliste littéraire et conceptrice de lectures musicales. Productrice à France Culture de 1990 à 2010, elle y a réalisé de très nombreux grands entretiens et documentaires. Depuis, elle programme et anime (...) Lire la biographie complète
Eric Recordier : Eric Recordier est compositeur, arrangeur, interprète. Après des études classiques de contrebasse, influencé par le jazz et les musiques expérimentales, Eric Recordier a exploré toutes les possibilités de son instrument. Ses orientations mélodiste et (...) Lire la biographie complète


Lecture musicale

Adaptation de « La Scène » de Catherine Pont-Humbert, éditions Unicité, 2019

Catherine Pont-Humbert, mise en espace et lecture
Eric Recordier, contrebasse

Récit d’une enfance « trouée » par une « scène » fondatrice, le texte qui se situe dans un registre sensible et gourmand, fouille les émotions et les sensations.
A la fois singulier et universel, il explore les facettes de la force vitale qui permet d’advenir à soi en dépit du traumatisme de la scène.

Son écriture, qui alterne l’évocation d’épisodes d’enfance et le récit de la scène approchée par petites touches, est au cœur de cette énergie de vie, elle qui relie au monde et permet de garder vive l’espérance.

La scène est la face sombre de mon enfance, son recoin caché, obscur dont les ondes ravageuses se sont insidieusement propagées dans mon corps, mon âme jusqu’à entamer mon insouciance, ma vitalité et le profond sentiment d’espérance qui m’habitait. Elle a cohabité avec la face lumineuse de cette même enfance, ardente et joyeuse, de l’autre côté du miroir. Je vivais entre ces deux lieux que j’occupais tour à tour.

La scène appartient à ma mère autant qu’à moi.

Quand le cœur se relie aux émotions d’hier, quand le corps cherche les gestes d’autrefois. Est-il trop tard ? Il est peut-être trop tard pour le premier cri. Mais pour le reste ?
Avec la lecture musicale, il s’agit d’incarner ce texte car c’est dans le corps, les épaules, parfois les mains, que l’on ressent si la phrase est juste, si l’auteur est dans « sa » vérité, et s’il habite son texte.

Inscrivez-vous à notre Info-Lettre