Imprimer

LE GARDEUR DE TROUPEAUX … au village sans prétention

LE GARDEUR DE TROUPEAUX … au village sans prétention

Lecture Spectacle

avec

Jacques-Marie Legendre : Jacques-Marie Legendre commence sa carrière de comédien en 1962 à la Comédie de la Loire. Puis il travaille avec les Centres Dramatiques Nationaux à Besançon, Béthune, Saint-Étienne, Caen, Bordeaux... et effectue de nombreuses tournées nationales, (...) Lire la biographie complète
Daniel Dubois : Daniel Dubois a commencé son parcours de comédien à la Comédie-de Saint-Etienne animée par Jean Dasté. Il a ensuite travaillé sous la direction de Jacques Rosner, Armand Gatti, Jean-Marie Serreau, Marcel Cuvelier, Antoine Vitez, Roger Planchon, (...) Lire la biographie complète


D’après Fernando Pessoa
Le Gardeur de troupeaux et les autres poèmes d’Alberto Caeiro
Traduction d’Armand Guibert
Adaptation : Daniel Dubois

Interprètes : Daniel Dubois et Jacques-Marie Legendre
Accompagnement à la flûte : Françoise Ducos
sur des thèmes musicaux de Georges Brassens

"Je crois au monde comme à une pâquerette,
parce que je le vois. Mais je ne pense pas à lui
parce que penser c’est ne pas comprendre…
Le Monde ne s’est pas fait pour que nous pensions à lui
(penser c’est avoir mal aux yeux)
mais pour que nous le regardions avec un sentiment d’accord…
Moi je n’ai pas de philosophie : j’ai des sens…"
Fernando Pessoa (Alberto Caeiro), Le Gardeur de troupeaux

Imaginons …
Un soir de printemps… Un jeune poète rentre chez lui avec en tête des airs de flûte qui lui sont revenus sur la colline (réelle ou imaginaire ?) où il est allé « garder le troupeau de ses pensées ».
La nuit venue, « la fenêtre fermée et la lampe allumée »… voilà que « la voix de la terre, qui est tout et personne » devient la « voix écrite » du poète que Fernando Pessoa nomme Alberto Caeiro, « son Maître », mais qui émane de lui.

C’est à cette voix écrite que deux comédiens vont prêter la résonance de leur propre voix. Quand ces voix feront silence, on entendra évoquer à la flûte, sur des thèmes de Georges Brassens, les souvenirs du « village sans prétention ».
Daniel Dubois


LE GARDEUR DE TROUPEAUX … au village sans prétention

A consulter aussi

L’amour n’y a qu’ça d’vrai

Claude Debussy / Les nocturnes

Monsieur X - hommage à Max Jacob

Eric Dubois & Miguel Coelho

Chants d’exil d’hier et d’aujourd’hui


QRCode LE GARDEUR DE TROUPEAUX … au village sans prétention - l'Agora

Inscrivez-vous à notre Info-Lettre