Imprimer

"Cousin Crusoé" de Bruno Rigotard

"Cousin Crusoé" de Bruno Rigotard

Lecture musicale

avec

Christian Macairet : Comédien, il se forme chez Acting International et poursuit une carrière sur la scène et à l’écran. Au théâtre, il joue le répertoire classique et contemporain du drame à la comédie ; Dom Juan de Molière, Passage de Christoph Heim, Qui a peur de Virginia (...) Lire la biographie complète
Lisbeth Wagner : Actrice trilingue, après une formation pluridisciplinaire, dont le New American Theater Workshop Bela Grushka, elle incarne les rôles les plus variés du théâtre classique et contemporain français et étranger de Médée d’Euripide à Pacamabo de Wajdi (...) Lire la biographie complète
Constance Grard : Constance Grard a d’abord suivi l’enseignement de Jeanne Bidaud, puis est entrée au conservatoire du Vème en 2008 où elle eut Adrien Maza comme professeur. Parallèlement elle obtient son baccalauréat L option Musique en 2010, et prépare actuellement (...) Lire la biographie complète
Bruno Rigotard : Bruno Rigotard est enseignant dans un lycée parisien. Le goût de l’écriture lui est venu à une époque où il a conçu différentes émissions en tant que producteur délégué pour France Culture, notamment pour les Chemins de la Connaissance. En 2015/2016, il a (...) Lire la biographie complète


Un comédien, une comédienne et une guitariste vont nous faire partager le quotidien de Crusoé, ses hantises et ses succès, ses folies et ses rêves.

Le mythe de l’homme seul et abandonné sur une île s’est incarné avec bonheur dans le héros de Daniel Defoe, Robinson Crusoé, donnant lieu ensuite à des robinsonnades diverses et des réinterprétations ; aujourd’hui encore le mythe reste disponible, ouvert à l’écriture et l’invention : l’aventure (la narration) s’y épanouit pleinement, mais la poésie peut également y trouver son compte. Cousin Crusoé est donc un texte poétique qui joue avec les mots et se joue des mots tout en s’inscrivant librement dans l’histoire du célèbre naufragé. Dans un climat de rêverie, le texte prend en charge une narration, de manière très libre, fragmentaire : Crusoé a autour de lui une petite société composée du chien silencieux et aimant, du perroquet trop bavard, des chèvres à l’affection fruste. Une voix de femme peuple son univers mental et s’adresse parfois à lui, non sans ironie. Puis vient Vendredi, et c’est une autre histoire… qui se termine à Londres.

Le texte prend la forme d’une adresse à Cousin Crusoé, sous la forme d’un tutoiement. Ce dernier instaure une intimité avec le héros, mais il est aussi ambivalent : il révèle sans doute en filigrane la présence discrète d’un narrateur, présent dès le prologue qui assume ensuite le récit. Mais, il provient aussi parfois du personnage de la femme qui surgit, à force de solitude, dans l’univers mental du naufragé et s’adresse à lui. A moins qu’il ne soit un dédoublement : Robinson regarde Crusoé dans l’étendue de son désastre et la naïveté de ses entreprises .


A consulter aussi

L’amour n’y a qu’ça d’vrai

Claude Debussy / Les nocturnes

Monsieur X - hommage à Max Jacob

Eric Dubois & Miguel Coelho

Chants d’exil d’hier et d’aujourd’hui


QRCode

Inscrivez-vous à notre Info-Lettre