Imprimer

Covid-19 : anatomie d’une crise sanitaire

Covid-19 : anatomie d’une crise sanitaire

Premier problème : nous avons navigué à vue, avec des gouvernements flippés (littéralement) par des projections délirantes. Comme un bateau sans quille ou un avion sans ailes.

Second problème : la conclusion de cette triste histoire est que les pertes (humaines) et dommages (matériels) que nous avons subis sont dus pour l’essentiel aux mauvaises réponses sanitaires qui ont aggravé un problème sanitaire d’ampleur parfaitement maîtrisable. Transformant la propagation d’un virus aux caractéristiques (en termes de contagiosité, de dangerosité et de létalité) légèrement supérieures à celles de la grippe hivernale en désastre sanitaire.

Il est bien sûr trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur l’épidémie que nous venons de vivre : bien des questions restent à ce stade sans réponse ou avec des éléments de réponse à confirmer. L’hypothétique deuxième vague ressemble de plus en plus à celle de Brice de Nice, ce qui est un motif de soulagement -même s’il convient de rester prudent. Il n’est pas impossible qu’il y ait dans les semaines à venir quelques petits départs de feu (dus à des "clusters") et c’est l’hiver prochain que nous saurons si l’épidémie s’est éteinte d’elle-même ou si le Sars-CoV-2 se sera invité comme acteur récurrent des viroses hivernales, au même titre que la petite vingtaine d’agents infectieux endémiques.

La question de l’hydroxychloroquine continue de susciter les (à-peu près) mêmes passions -en dépit du fait que son utilisation n’est plus d’actualité devant le reflux du coronavirus. The Lancet vient de sortir une grande étude (non exempte de faiblesses) tendant à prouver l’inutilité et même un effet néfaste à sa prescription.

Nous sommes actuellement dans une situation où toute certitude raisonnable est hors d’atteinte : études et contre-études se succèdent, chaque "camp" réagissant à celles qui servent sa cause comme des supporters d’un club de foot à un but marqué par leur équipe et incriminant l’arbitre à chaque but encaissé... tout ceci ne ressemblant plus beaucoup à de la science.

Chaque camp accuse l’autre de partialité voire de tricherie, notre bonne presse suisse (toujours inféodée aux intérêts dominants) ne parle que des études concluant à une absence d’efficacité et un chienne n’y reconnaîtrait pas ses petits.

Comme j’annonçais que ce serait le cas dès début avril, nous pataugeons dans les scories et les dérives de la "recherche scientifique" médicale, qui permet de confusionner à l’infini et de manière stérilisante une vraie question de recherche. Qu’en plus de deux mois et demie, aucun essai clinique intègre, impartial, et indiscutable n’ait été produit laisse entrevoir quelque chose de la religiosité qui aura prévalu au débat... et de la probable absence de volonté réelle à établir des données probantes.

Même le New England Journal of Medecine est retombé dans ses pires travers en publiant des études (concluant à l’inefficacité de l’HQ) parfaitement malhonnêtes - je dis cela du fait qu’elles sont non seulement très mal faites, mais outrageusement tendancieuses.

Bref, au-delà de cette cacophonie qui perdure, nous pouvons heureusement malgré tout déjà dessiner quelques perspectives solides quant à ce que nous avons vécu.

D’abord, parce que des données cruciales se confirment (comme la prévalence et la létalité réelles du Covid). Elles rejoignent les analyses que j’ai faites dès le 12 mars, montrant que le coronavirus bien sûr n’est pas anodin (et certainement pas une "gripette") mais avec un paradoxe étonnant : moins grave et dangereux qu’une grippe pour l’immense majorité des gens - et hélas beaucoup plus pour certaines catégories à risque. Je l’ai à nouveau exprimé en réponse à l’article de Heidi news, c’est l’incapacité à penser ce paradoxe qui aura fait tant de dégâts dans les décisions des autorités et le travail de la presse.

Celle-ci commence à rétro-pédaler méchamment : ce discours complémentaire que je n’ai cessé de réclamer depuis deux mois commence à être relayé par des organes qui étaient jusque là dans la loyauté servile à une version unique (et passablement erronée) de l’épidémie.

Si donc bien des questions restent ouvertes, la crise sanitaire peut déjà être analysée. C’est l’exercice auquel je me livre dans mon livre "Covid : anatomie d’une crise sanitaire, l’analyse qui démystifie le discours officiel" (qui vient d’être publié en e-book, disponible sur les plateformes de librairie en ligne) dont je suis heureux de partager ici les deux premiers chapitres -ainsi que la table des matières.

https://youtu.be/4MqArCjrkmI
Covid-19 : anatomie d’une crise sanitaire Blog de Jean Dominique Michel

A consulter aussi

N’oublions rien

NATIVES, des Peuples, des Racines

Le Chant qui Guérit la terre

Vers un climat artificiel ?

Piks : un jouet créatif !


QRCode Covid-19 : anatomie d’une crise sanitaire  - l'Agora

Inscrivez-vous à notre Info-Lettre